Constant quality. Constantly.

Une longueur d'avance grâce aux nouvelles technologies

La société M&B Backwaren, basée à Olfen en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a décidé de renouveler ses installations de réfrigération. Disposant désormais de climatiseur à CO2, elle est parée pour l'avenir. 

1

L'année 2017 a représenté un tournant technologique pour M&B Backwaren. L'entreprise a dû se rendre à l’évidence : son four et son système de réfrigération ne répondaient plus aux exigences modernes en matière de qualité de production, de consommation énergétique et de facilité d’utilisation. Berthold Brinkert a fait équipe avec le conseiller en investissement de la coopérative locale d'Ebäcko Münster, M. Heuermann, pour démarrer la planification. Ils ont réfléchi aux solutions qui seraient les plus à même de répondre aux besoins de l’entreprise et ont élaboré un cahier des charges pour l'appel d'offres. « Nous avons étudié différentes productions de plusieurs boulangeries avec des prestataires différents et rassemblé les offres », se souvient Berthold Brinkert. Après avoir visité en 2018 deux entreprises qui travaillaient avec des systèmes Koma, dont une avec une technique de réfrigération CO2, ils ont assez rapidement compris que le système booster CO2 était ce qu'il leur fallait. Lorsqu'il revient sur les débuts du projet, Berthold Brinkert souligne que la technologie inédite proposée par Koma et leur approche client unique durant la phase d'offres ont été déterminantes : « Nous avons tout de suite noué, avec le personnel de KOMA, une relation ouverte et empreinte de confiance. » « La technologie en elle-même était déjà extrêmement convaincante, mais le service et la compréhension des collaborateurs qui se sont penchés sur nos problèmes et exigences spécifiques ont vraiment fait la différence. » La décision finale de faire appel à Koma a été prise à Munich en 2018, à l'occasion du salon iba. « Les dernières négociations ont eu lieu à l’aéroport, car nous ne pouvions pas rater notre avion », précise Bernhard en souriant. 

Financement du projet

L'avantage lorsque l'on a recours à une solution CO2, ce sont les aides au financement accordées en raison des économies d'énergie qu'elle permet de réaliser. Avec l'aide de l'entreprise de conseils en énergie Cuekk d'Andreas Kötter, des prévisions ont pu être établies et les demandes de financement déposées. Selon l'installation, l'entreprise et d'autres paramètres, des aides couvrant de 20 à 40 % des coûts globaux peuvent être obtenues. Ces aides permettent donc, à elles seules, d'absorber les surcoûts engendrés par l'installation de la solution CO2. Mais la durabilité de cette solution est déjà, à elle seule, une bonne raison de dépenser plus. Pour en savoir plus, consultez la rubrique « Pourquoi choisir un système CO2 ? »
Grâce à leur solide expérience, les planificateurs de Koma ont pu compléter et optimiser, en concertation avec l’entrepreneur et le conseiller technique d’Ebaecko Markus Heuermann, le planning de réalisation original proposé par la coopérative. « Toutes les modifications étaient pertinentes », explique Berthold Brinkert. « On a très vite compris que nous avions affaire à des professionnels. » Berthold Brinkert désirait que ses nouveaux systèmes de réfrigération consomment moins d’énergie que les anciens. À moyen terme, un autre objectif était de travailler davantage en journée. Travailler de jour permet en effet d’économiser des heures de nuit, mais également de puiser dans l’énergie produite par les systèmes photovoltaïques installés sur le toit du site de production lors d’opérations à haute consommation, telles que le chargement des systèmes et le refroidissement des produits. Aujourd'hui, l'énergie nécessaire à la production de jour est couverte à 100 % par l'installation photovoltaïque étendue.

2
3

Technologie

L’entreprise est équipée de différents systèmes adaptés aux besoins spécifiques du secteur de la boulangerie ainsi qu’aux produits à préparer. Les pièces maîtresses de la chaîne de production sont deux machines de conditionnement pour pâte, qui sont munies de 16 rayonnages chacune. Ces machines sont conçues pour une plage de températures allant de -20 °C à +35 °C. Pour répondre à ces besoins, elles sont dotées d'une couche de 8 cm de polyuréthane isolant. Koma accorde une grande importance à l’isolation et à son adéquation avec les installations et leurs utilisations, car celle-ci permet d’offrir au client une sécurité de production optimale tout en réduisant sa facture d’énergie. Les ventilateurs radiaux installés sur toute la longueur de l’espace de réfrigération sont réglés de sorte à assurer une circulation d’air aussi efficace et silencieuse que possible. Un système de redirection de l’air en acier inoxydable et un plafond rabaissé empêchent l’air de souffler directement sur les produits et de les assécher. Les évaporateurs sont suffisamment massifs pour faire passer 740 kg de produits de +25 °C à -5 °C en 3 heures à peine. Aussi, ils sont équipés de ventilateurs qui assurent leur action uniforme. Des chariots contenant jusqu'à trois plaques de pâtons sont d’abord placés dans un surgélateur et refroidis en l'espace de 15 minutes. Un canal de diffusion et un système de redirection de l’air spécialement conçu à cet effet envoient le flux d’air de façon optimale vers les pâtons pour garantir une dissipation rapide de la chaleur. Ce système affiche une performance de 400 kg par heure. Les chariots sont ensuite stockés dans un congélateur transformé de l'ancien système. « Grâce à ce système, nos équipes de vente n’ont plus à s’occuper du levage des pains », explique Berthold Brinkert. L'entreprise est très satisfaite des résultats obtenus jusqu'à aujourd'hui, mais de nouveaux types de plaques sont actuellement testés pour encore optimiser la tempérisation et le transport des pâtons en toute sécurité. Au total, KOMA a intégré quatre appareils de réfrigération existants, dont deux congélateurs conservateurs de différentes dimensions, dans le nouveau système. Le reste a été remplacé par des systèmes d’évaporateurs et de ventilateurs modernes. Pour garantir un fonctionnement en toute sécurité, KOMA a également remplacé les anciennes portes par des variantes plus modernes. Les nouveaux encadrements de porte sont ainsi parfaitement intégrés à l’isolation existante, et sont fixés de sorte à assurer une sécurité et une stabilité thermique optimales. 

Puisque M+B Backwaren envisage de faire installer, dans un futur proche, des systèmes de refroidissement complémentaires, Koma déjà prévu divers raccordements qui permettront de connecter les futurs systèmes au réseau. « Cela nous épargnera beaucoup de travail et de salissures lors des prochaines extensions », précise Bernhard.
Le système actuel se compose de 8 compresseurs offrant trois plages de température de -5 °C à -42 °C. La commande intelligente du réseau règle l’approvisionnement du système de réfrigération pour lui permettre d’atteindre la température ambiante souhaitée.

« Le nouveau booster CO2 de KOMA nous a permis d’optimiser notre processus de production, et je suis certain d’avoir trouvé en KOMA un partenaire qui continuera à multiplier les petites idées pour nous offrir une solution toujours mieux pensée. » - Bernhard Brinkert, M+B Backwaren.

Ensemble vers l’avenir

Avec le nouveau système de Koma, M+B Backwaren a non seulement agrandi son espace de réfrigération, mais également intégré des appareils existants au nouveau réseau, réduisant ainsi le coût total du projet. La planification de Koma adaptée aux besoins présents et futurs de l’entreprise, a permis à M+B Backwaren d’optimiser ses processus et de convertir davantage d’heures de travail de nuit en heures de jour. Grâce aux raccordements supplémentaires prévus, la prochaine extension du système de réfrigération nécessitera moins de travaux et d’opérations complexes. « Je suis certain d’avoir trouvé en Koma un partenaire qui ne se contentera pas de nous avoir accompagnés pendant les phases de planification et construction, mais continuera à multiplier les petites idées pour nous offrir une solution toujours mieux pensée », assure Bernhard.

Pourquoi le CO2 ?

Les substances réfrigérantes sont assorties d’un indice PRG qui reflète leur impact sur l’environnement. Cet indice indique le potentiel de réchauffement global de la substance en question, c’est-à-dire sa capacité à contribuer au réchauffement de la planète. Plus cet indice est élevé, plus la substance concernée risque d’avoir un impact négatif sur le climat. Au vu des objectifs fixés par l’UE en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2020, 2022 et 2030, les substances réfrigérantes aux indices PRG les plus élevés seront progressivement proscrites. Depuis 2020, les substances dont l’indice PRG excède 2500 sont interdites dans les nouvelles installations, et seuls des réfrigérants recyclés peuvent être employés dans le cadre de travaux de maintenance. L’indice PRG toléré dans les nouveaux systèmes est par ailleurs sans cesse revu à la baisse. À partir de 2030, le R404A, aujourd’hui très répandu, sera totalement interdit, et les systèmes qui utilisent cette substance devront être soit modifiés, soit mis hors service. Les fabricants et fournisseurs sont en outre contraints de limiter l’utilisation et la distribution de substances réfrigérantes nocives pour l’environnement. Le but est de faire baisser, au fil des années, l’index PRG moyen de l’ensemble des réfrigérants en circulation.
Avec un indice PRG de 1, le CO2 est particulièrement durable. Un argument déjà suffisant pour convaincre les entreprises d’opter pour des systèmes de réfrigération au CO2. Les avantages de ce produit ne s’arrêtent toutefois pas là, puisque le CO2 est en outre bien moins cher que de nombreux autres réfrigérants. Et grâce à ses travaux de recherche et de développement, KOMA a su intégrer cette substance à la fois durable et économique à des systèmes parfaitement adaptés aux besoins du secteur de la boulangerie.

4